Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA)

Le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) est une évaluation internationale qui vise à mesurer les connaissances et les compétences des élèves de 15 ans; de plus il fournit des renseignements sur une gamme variée de facteurs qui contribuent à la réussite des élèves, des écoles et des systèmes d'enseignement. Le PISA est un effort collectif des pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le PISA porte sur trois domaines : la lecture, les mathématiques et les sciences. Bien que chaque évaluation contienne des questions portant sur les trois domaines, l'attention principale se déplace. En 2000, le domaine principal était la lecture et les domaines secondaires étaient les mathématiques et les sciences. En 2003, les mathématiques étaient le domaine principal et en 2006 c'étaient les sciences. En 2009, le domaine principal était de nouveau la lecture et, en 2012 les mathématiques. Pour l'évaluation en 2015, le domaine principal sera de nouveau les sciences. L'administration de ces évaluations, à intervalles réguliers, produit des données courantes actuelles pouvant être comparées au niveau international et au fil du temps.

Le PISA étant une évaluation internationale, il mesure des compétences qui sont généralement reconnues comme des résultats clés de l'enseignement. Plutôt que d'évaluer des faits, il évalue la capacité des jeunes sur le point de terminer leur scolarité obligatoire à utiliser leurs connaissances et compétences afin de relever les défis du monde réel.

Participation

La participation internationale au PISA ne cesse d'augmenter – de 32 pays/économies qui y ont pris part en 2000, à 41 en 2003, 57 en 2006, et 65 en 2009. Dans le dernier cycle du PISA, en 2012, il y avait 65 pays/économies participantes, dont les 34 pays membres de l'OCDE. Environ 70 pays/économies comptent participer en 2015. Le Canada a participé au PISA depuis son lancement, grâce à un partenariat établi entre le CMEC, Emploi et Développement social Canada et Statistique Canada.

Les 10 provinces ont participé à chacune des évaluations. Environ 20 000 élèves dans environ 1000 écoles du Canada prennent part à chaque évaluation du PISA soit en anglais ou soit en français. Les écoles et les élèves sont choisis au hasard. Cet échantillon de grande envergure permet la publication des résultats pour chaque province et également pour les systèmes scolaires de langue française et anglaise de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, du Québec, de l'Ontario et du Manitoba.

Les résultats sont valables à l'échelle pancanadienne et par province uniquement. Aucun résultat ne sera attribué à une école ou à un élève de façon individuelle. Le PISA n'évalue pas le rendement individuel des élèves.


Évaluation

Outre l'évaluation directe de deux heures en lecture, en mathématiques et en sciences, les élèves du Canada répondent à un questionnaire contextuel sur eux-mêmes et leur vie à la maison, les technologies de l'information et des communications, leur expérience scolaire, leur travail et leurs relations avec autrui. Les directrices et directeurs d'école remplissent un questionnaire distinct.

Afin d'orienter la conception des évaluations et d'en déterminer le contenu, des spécialistes des pays membres de l'OCDE ont établi des définitions pour chaque domaine :

  • Compréhension de l'écrit (lecture) : capacité de comprendre, d'utiliser et d'analyser des textes écrits, afin de pouvoir réaliser des objectifs personnels, de développer des connaissances et des capacités et de prendre une part active dans la société.
  • Culture mathématique : capacité de reconnaître et de comprendre les rôles joués par les mathématiques dans la vie privée, professionnelle et sociale de citoyennes et citoyens constructifs et responsables, d'utiliser les mathématiques et de porter des jugements fondés à leur propos.
  • Culture scientifique : capacité d'associer des connaissances scientifiques à la formation de conclusions fondées sur l'observation des faits et d'élaborer des hypothèses en vue de comprendre le monde naturel et les transformations qui y sont apportées par l'activité humaine et de contribuer à la prise de décisions à cet égard.

Deux autres domaines d'évaluation ont été inclus dans le cycle du PISA de 2012 : la résolution de problèmes sous forme électronique et la culture financière, qui a été administrée par certains pays à titre d'option. En 2012, le Canada a participé à l'évaluation de la résolution de problèmes, mais non à celle de la culture financière.

Les sciences seront de nouveau le domaine principal du PISA en 2015 et les mathématiques, la lecture et la résolution de problème dans le cadre d'un travail de groupe seront des domaines secondaires. La culture financière sera également évaluée dans un certain nombre de provinces. Le PISA de 2015 sera complétement informatisé.

Avantages du PISA

Le Canada investit des ressources publiques considérables en enseignement primaire et secondaire, et les Canadiennes et Canadiens sont préoccupés par la qualité de l'enseignement dispensé par les écoles. Les compétences acquises à la fin du secondaire sont essentielles à la poursuite des études et pour relever les défis socioéconomiques de l'avenir. Le PISA évalue le niveau de rendement des élèves de 15 ans et fournit des données sur les connaissances et les compétences acquises par ces élèves, ainsi que sur leur degré de préparation à poursuivre des études ou à intégrer le marché du travail.

Les résultats du PISA sont d'une grande utilité pour le personnel enseignant, les gouvernements, les analystes des politiques sociales et les groupes de revendication. Les données comparatives recueillies grâce à cette évaluation aident à évaluer l'efficacité des programmes et pratiques en place et à comprendre les influences du statut socioéconomique et d'autres facteurs sur la réussite scolaire.

Résultats du PISA

À l'échelle internationale, le Canada s'est très bien classé à toutes les évaluations du PISA :

  • À l'évaluation en lecture de 2009, seules la Chine-Shanghai, la Corée, la Finlande et la Chine-Hong Kong ont obtenu un rendement significativement supérieur à celui du Canada.
  • À l'évaluation en sciences de 2006, seules la Finlande et la Chine-Hong Kong ont affiché un rendement significativement supérieur à celui du Canada
  • À l'évaluation en mathématiques de 2003, la Chine-Hong Kong et la Finlande étaient de nouveau les deux seuls pays à afficher un rendement significativement supérieur à celui du Canada.
  • À l'évaluation en lecture de 2000, seule la Finlande a affiché un rendement significativement supérieur à celui du Canada.