Publication par les provinces des derniers résultats sur le rendement des élèves de 8e année/2e secondaire en mathématiques, en lecture et en sciences

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

TORONTO, le 12 octobre 2021 – Un nouveau rapport publié aujourd’hui par le Conseil des ministres de l’Éducation (Canada) [CMEC], brosse un portrait détaillé des habiletés de la jeunesse canadienne en 8e année (2e secondaire au Québec) dans trois domaines d’apprentissage de base : les mathématiques, la lecture et les sciences.

Les ministres de l’Éducation ont lancé le Programme pancanadien d’évaluation (PPCE) en 2007 pour obtenir des données solides et comparables sur la réussite des élèves dans les systèmes provinciaux d’éducation. Ce programme est le complément d’autres évaluations pancanadiennes et permet de comparer le rendement des élèves à l’échelle du pays. Le PPCE vient en outre s’ajouter à d’importantes études internationales auxquelles participe le Canada, comme la TEIMS (Tendances de l’enquête internationale sur les mathématiques et les sciences) et le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) de l’OCDE.

La plus récente itération du PPCE a été réalisée en 2019. Quelque 30 000 élèves de 8e année/2e secondaire dans près de 1 600 écoles dans l’ensemble des 10 provinces ont participé au printemps de cette année à l’évaluation, dont le domaine principal était les mathématiques. La lecture et les sciences ont également été évaluées.

Les résultats sont très encourageants. À l’échelle pancanadienne, 90 p. 100 des élèves de 8e année/2e secondaire du Canada affichent en mathématiques le niveau de rendement attendu d’eux (niveau 2 ou plus) et près de 10 p. 100 ont atteint le niveau de rendement le plus élevé (niveau 4). De plus, dans chacune des provinces, plus de 80 p. 100 des élèves atteignent le niveau de rendement attendu d’eux (dans quatre d’entre elles, cette proportion est égale ou supérieure à 90 p. 100).

Les cycles de trois ans du PPCE ont débuté en 2007, de sorte qu’il est possible de comparer les résultats au fil du temps dans les trois domaines, à savoir les mathématiques, la lecture et les sciences. En mathématiques, les données du PPCE montrent qu’entre 2010 (la dernière fois que les mathématiques étaient le domaine principal) et 2019, le rendement des élèves de 8e année/2e secondaire s’est amélioré ou est resté stable dans l’ensemble des provinces au Canada. Entre 2010 et 2019, le rendement en lecture s’est nettement amélioré de façon globale au Canada et dans la moitié des provinces; les résultats dans les autres provinces sont demeurés stables. Entre 2013 et 2019, le rendement en sciences s’est amélioré au Canada dans son ensemble et dans la moitié des provinces.

« Offrir aux élèves l’accès à une éducation de qualité, qui met l’accent sur les mathématiques, est essentiel à la compétitivité et à la prospérité à long terme du Canada », a déclaré M. Stephen Lecce, vice-président du CMEC et ministre de l’Éducation de l’Ontario. « Bien que le travail ne soit pas terminé, nous sommes encouragés de voir le rendement s’améliorer partout au Canada en mathématiques et dans d’autres matières de base, y compris la lecture et les sciences. La consolidation des compétences utiles à la vie courante et à la vie professionnelle et de l’éducation dans les disciplines STIM aidera les élèves canadiens à réussir à l’école et sur le marché du travail. »

Voici quelques autres points saillants du rapport d’aujourd’hui :

  • Au Canada dans son ensemble, les résultats du PPCE 2019 montrent qu’il n’y a pas de différence de rendement entre les sexes en mathématiques en 8e année/2e secondaire. Ces résultats sont cependant différents de ceux de la TEIMS  2019 pour les élèves de 4e année et du PISA 2018 pour les élèves de 15 ans, les garçons ayant surpassé les filles à ces deux évaluations. En lecture, les résultats du PPCE 2019 montrent que les filles surpassent les garçons au Canada dans son ensemble et dans toutes les provinces; ces résultats correspondent ainsi à ceux de diverses études internationales. En sciences, les filles surpassent les garçons au Canada dans son ensemble et dans cinq provinces. C’est ce qui est arrivé avec le PISA 2018 chez les élèves de 15 ans, mais non avec la TEIMS 2019 chez les élèves de 4e année, les garçons ayant surpassé les filles en sciences à cette dernière évaluation.

  • Dans les provinces, les scores les plus élevés en mathématiques ont été obtenus par les élèves du Québec, alors que les élèves de l’Alberta et de l’Ontario atteignent la moyenne canadienne. Les scores moyens les plus élevés en lecture ont été obtenus par les élèves de l’Ontario; en sciences, ce sont les élèves de l’Alberta, de l’Ontario et de l’Île‑du‑Prince‑Édouard qui affichent les scores les plus élevés.
  • Au Canada dans son ensemble, les élèves des écoles francophones ont de meilleurs résultats en mathématiques que ceux des écoles anglophones; la situation est toutefois inversée en lecture et en sciences. Dans la plupart des provinces avec un système scolaire anglophone majoritaire, le rendement des élèves en sciences et en lecture est plus élevé dans le système anglophone que dans le système francophone. Le tableau est toutefois plus nuancé en mathématiques : les élèves des écoles francophones de la Colombie‑Britannique, de la Saskatchewan, du Québec et du Nouveau‑Brunswick surpassent leurs homologues des écoles anglophones, alors qu’en Alberta, au Manitoba, en Ontario et en Nouvelle‑Écosse, le rendement en mathématiques est le même dans le système anglophone et le système francophone. Au Québec, où le système scolaire francophone est majoritaire, et en Colombie-Britannique et au Nouveau-Brunswick, le rendement en lecture et en sciences ne présente aucune différence notable entre les élèves du système anglophone et ceux du système francophone.

Pour étudier les résultats présentés dans le rapport et comparer le PPCE 2019 à ses itérations précédentes, il est nécessaire de comprendre comment les habiletés ont été mesurées. Le total des scores des élèves dans chaque matière a été transposé sur une échelle commune allant de 0 à 1 000, dont la moyenne pancanadienne a été fixée à 500 pour l’année de référence de chaque matière. Les tendances au fil du temps ont été déterminées selon l’évolution de ce score, à savoir s’il se trouvait au‑dessus ou en dessous de 500 lors des évaluations subséquentes.

Le PPCE 2019 a également rassemblé une mine de renseignements contextuels à partir des questionnaires remplis par les élèves, le personnel enseignant et les directions des écoles. Ces renseignements seront publiés dans les prochains mois et devraient permettre de mieux comprendre certains des facteurs susceptibles d’influencer le rendement scolaire des élèves en mathématiques.

Le prochain cycle du PPCE est déjà amorcé. Le PPCE 2023 portera avant tout sur les sciences; les mathématiques et la lecture seront également évaluées.

Pour consulter les faits saillants et le rapport intégral du PPCE 2019, veuillez consulter https://cmec.ca/747/Rapport_public.html.

Au sujet du CMEC

Fondé en 1967, le CMEC donne aux ministres de l’Éducation au Canada une voix collective et leur permet d’assumer leur leadership en éducation aux échelons pancanadien et international. L’organisme aide les provinces et les territoires à exercer leur compétence exclusive en éducation. Pour de plus amples renseignements, consultez notre site Web au www.cmec.ca.

 

- 30 -

 

Renseignements

M. Colin Bailey
Directeur, Communications et gouvernance
CMEC
Cellulaire : 437 777-4879
Téléphone : 416 962-8100, poste 259
Courriel : c.bailey@cmec.ca
Twitter : @CCMEC
www.cmec.ca