Introduction

L'étude Tendances de l'enquête internationale sur les mathématiques et les sciences (TEIMS) est une évaluation internationale qui mesure les tendances du rendement en mathématiques et en sciences des élèves de la 4e et de la 8e année (2e secondaire au Québec). Elle est effectuée sous le patronage de l'Association internationale pour l'évaluation du rendement scolaire (AIE).

Menée pour la première fois en 1995, la TEIMS est répétée tous les quatre ans depuis. Le Canada a participé à la TEIMS 1995 et 1999. En 2003, 2007 et 2011, seulement un certain nombre de provinces ont participé à l'étude, donc il a été impossible d'obtenir des résultats pancanadiens. La TEIMS 2015 représente le sixième cycle d'évaluation de la TEIMS, et plus de 250 000 élèves de 39 pays et sept participants de référence ont pris part à l'évaluation pour la 8e année. Au Canada, plus de 8700 élèves de 8e année de 276 écoles au Manitoba, en Ontario, au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador ont participé à l'étude. Les systèmes scolaires de l'Ontario et du Québec ont procédé à un suréchantillonnage pour permettre d'obtenir des résultats distincts pour les instances. Cependant, il importe de faire preuve de circonspection lors de l'interprétation de ces résultats canadiens, puisqu'ils ne représentent que ceux des provinces canadiennes participantes. Dans l'ensemble, le taux de participation pondéré était de 78 p. 100 pour le Canada, donc les lignes directrices internationales ont été satisfaites.[1]

Principaux résultats

Mathématiques

L'étude TEIMS présente les résultats des élèves au moyen d'une échelle de quatre seuils repères internationaux : avancé (625 points), élevé (550 points), intermédiaire (475 points) et bas (400 points). Le seuil repère bas correspond à un niveau de base, tandis que le seuil repère avancé correspond à l'achèvement réussi des tâches les plus complexes et les plus difficiles dans l'évaluation de l'étude TEIMS. Le point central international de l'échelle pour la TEIMS est établi à 500. À l'échelle internationale, 62 p. 100 des élèves ont atteint au moins le seuil repère intermédiaire, la proportion étant supérieure au Canada (78 p. 100). Seulement cinq pays ont obtenu une plus forte proportion d'élèves atteignant ce niveau : Singapour, le Taipei chinois, la Corée, la Région administrative spéciale de Hong Kong et le Japon.

La figure 1 présente la proportion d'élèves à chacun des quatre niveaux de rendement en mathématiques et en sciences au Canada et à l'échelle internationale.

Figure 1 Répartition des élèves de 8e année selon leur niveau de compétence en mathématiques


Le score moyen du Canada en mathématiques était de 527, soit au-dessus du point central international. En plus des cinq pays précités, seule la Fédération de Russie a présenté un score moyen supérieur statistiquement significatif. Dans l'ensemble, trois pays ont obtenu un score statistiquement équivalent à celui du Canada et 29 pays ont obtenu un score significativement moins élevé que celui du Canada. Au Canada, les garçons ont obtenu des résultats significativement plus élevés que ceux des filles en mathématiques (530 contre 525 points). À l'échelle internationale, les filles ont obtenu des résultats supérieurs à ceux des garçons dans sept pays, alors que le contraire a été observé dans six pays, y compris au Canada. Les résultats du Canada selon la langue indiquent que les élèves qui ont répondu au test en français ont obtenu des résultats significativement plus élevés que ceux des élèves ayant répondu en anglais (544 contre 519 points respectivement).

Sciences

En fonction des quatre seuils repères décrits ci-dessus, 78 p. 100 des élèves de 8e année au Canada ont atteint le niveau intermédiaire en sciences, soit une proportion plus élevée que la médiane internationale de 64 p. 100 (figure 2).

Figure 2 Répartition des élèves de 8e année selon leur niveau de compétence en sciences

Le score moyen du Canada en sciences (526 points) était statistiquement plus élevé que celui du point central international de 500 points. Dans l'ensemble, huit pays ont obtenu un score plus élevé que celui du Canada en sciences, cinq pays ont obtenu un score statistiquement équivalent à celui du Canada et 25 pays ont obtenu un score significativement moins élevé que celui du Canada. Au Canada, il n'y a pas eu d'écart statistique entre les garçons et les filles en matière de rendement en sciences en 8e année (529 contre 524 points respectivement). À l'échelle internationale, plus de pays (14) ont obtenu des résultats significativement plus élevés pour les filles que pour les garçons (5), alors que les autres pays participants n'ont pas observé d'écart entre les sexes en sciences. Les élèves ayant répondu au test en anglais ou en français ont obtenu des résultats statistiquement comparables en sciences en 8e année (525 contre 529, respectivement).

Données obtenues à partir des questionnaires

Un questionnaire de l'école a été rempli par les directrices et directeurs ou leur personne désignée dans les écoles ayant participé à la TEIMS 2015. Bien que le questionnaire couvre plusieurs domaines pertinents relatifs à l'environnement scolaire, seuls les résultats sélectionnés liés aux écoles ayant des élèves de 8e année sont présentés ci-dessous à des fins d'illustration.

Un questionnaire du personnel enseignant a été rempli par les enseignantes et enseignants de 8e année des classes sélectionnées. Il couvrait des sujets applicables aux enseignantes et enseignants de mathématiques et de sciences et traitait du contexte de la classe et de sujets ayant trait à la matière, comme la portée des programmes d'études en mathématiques et en sciences.

Les élèves de 8e année ayant participé à la TEIMS 2015 ont aussi rempli un questionnaire de l'élève.

Ensemble, ces questionnaires ont fourni l'information et les perspectives présentées ci-dessous.

Caractéristiques liées à l'école

  • Au Canada, 69 p. 100 des directrices et directeurs d'écoles ayant des élèves de 8e année ont indiqué que leur école possédait un laboratoire de sciences pouvant être utilisé par les élèves. Cette proportion est moins élevée que la moyenne internationale de 85 p. 100. En moyenne, les écoles du Canada pour lesquelles les directrices et directeurs ont répondu que leurs élèves de 8e année avaient accès à un laboratoire pouvant être utilisé par les élèves ont obtenu un score moyen en sciences de 532 points comparativement à 516 points pour les écoles sans laboratoire.
  • Au Canada, plus de deux directrices ou directeurs sur dix ont perçu le problème de l'intimidation et de la violence verbale chez les élèves de 8e année comme modéré ou grave.
  • En 8e année, 15 p. 100 des directrices et directeurs d'écoles du Canada ont indiqué qu'ils fournissaient un petit-déjeuner gratuit à tous les élèves de leur école. Cette proportion est considérablement plus élevée que celle de la moyenne internationale de 8 p. 100.

Caractéristiques liées à la classe

  • Environ 8 p. 100 des enseignantes et enseignants de mathématiques et de sciences de 8e année du Canada visitent souvent ou très souvent une autre classe pour en apprendre davantage sur l'enseignement. Cette proportion est bien inférieure à la moyenne internationale de 30 p. 100.
  • Plus de 60 p. 100 des enseignantes et enseignants de sciences et de mathématiques de 8e année au Canada sont très d'accord avec l'énoncé selon lequel ils ont besoin de plus de temps pour aider des élèves de façon individuelle.
  • Seulement 9 p. 100 des enseignantes et enseignants de mathématiques et 11 p. 100 des enseignantes et enseignants de sciences demandent aux élèves de mémoriser des faits et des principes chaque cours ou presque chaque cours. La moyenne internationale est de plus de 30 p. 100 dans les deux matières. Généralement, les élèves du Canada dans ces classes ont des rendements plus faibles en sciences, mais non en mathématiques.
  • En mathématiques et en sciences, un enseignante ou un enseignant sur dix au Canada demande aux élèves de faire un test écrit ou de remplir un questionnaire environ la moitié des cours ou plus. À l'échelle internationale, cette pratique est suivie par environ quatre enseignantes et enseignants sur dix.
  • Au Canada, pratiquement toutes les enseignantes et tous les enseignants de mathématiques permettent à leurs élèves d'utiliser une calculatrice (avec ou sans restrictions). À l'échelle internationale, 20 p. 100 des enseignantes et des enseignants de mathématiques ne permettent pas l'utilisation de calculatrices.
  • Au Canada, seulement 11 p. 100 des enseignantes et des enseignants de mathématiques et 15 p. 100 des enseignantes et des enseignants de sciences tiennent toujours ou presque toujours compte des devoirs pour les notes finales des élèves. Cette proportion est bien inférieure aux moyennes internationales de 35 et de 38 p. 100 respectivement.

Conclusion

L'objectif de la TEIMS est d'améliorer l'enseignement et l'apprentissage des mathématiques et des sciences partout au monde. Tous les quatre ans, elle fournit des données comparables, rigoureuses et fiables à l'échelle internationale sur le rendement des élèves et les contextes d'apprentissage. En 2015, les élèves de 8e année du Canada ont montré des niveaux de rendement plus élevés en mathématiques et en sciences, à la fois en termes absolus et relatifs, que la moyenne internationale.

La prochaine évaluation de la TEIMS est prévue pour 2019.


[1] Vous pouvez obtenir plus d’information sur les taux de participation à l’Annexe C du Rapport international de la TEIMS 2015 disponible à http://timssandpirls.bc.edu/index.html [en anglais seulement].

 
free porn you porn