Bien que quelques provinces aient participé au PIRLS 2001 et 2006 de façon individuelle, le PIRLS 2011 constitue la première participation pancanadienne à l’évaluation.

Pour la première fois dans le PIRLS, le Canada a produit son propre rapport complémentaire, PIRLS 2011 – Le contexte au Canada : résultats canadiens du Programme international de recherche en lecture scolaire, lequel sera diffusé en même temps que le rapport international. Il offre de plus amples renseignements sur les compétences en lecture des élèves de 4e année et décrit les mécanismes de soutien pour la compréhension de l’écrit à la maison et à l’école au Canada. Les résultats sont présentés à l’échelle canadienne et à l’échelle internationale, et des comparaisons sont faites entre les provinces canadiennes ainsi qu’avec les pays participants.

Au total, 45 pays ont participé au troisième cycle du PIRLS. Le Canada était représenté par neuf provinces : la Colombie-Britannique, l’Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, l’Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick francophone, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador. Le niveau de participation a varié d’une province à l’autre, trois d’entre elles ayant participé à titre de participants de référence internationaux (l’Alberta, l’Ontario et le Québec) et quatre autres provinces ayant effectué un suréchantillonnage (la Colombie-Britannique, la Nouvelle‑Écosse, le Nouveau-Brunswick francophone et Terre‑Neuve‑et‑Labrador).

Dans l’ensemble, le Canada avait l’échantillon le plus important de tous les pays participants, ce qui permet de faire des comparaisons provinciales. Cet échantillon comptait environ 23 000 élèves de 4e année et 1000 écoles, et au moins une classe complète par école choisie. Des classes de 4e année constituées d’élèves anglophones et francophones ont été choisies au hasard pour passer l’évaluation. La participation du Canada au PIRLS 2011 a été coordonnée par le CMEC.

Dans le PIRLS 2011, la compréhension de l’écrit se définit comme :

[...] l’aptitude à comprendre et à utiliser les formes écrites de la langue qui sont exigées par la société ou valorisées par l’individu. Les jeunes peuvent créer du sens à partir de toutes sortes de textes. Ils lisent pour apprendre, pour participer aux communautés de lecture à l’école et dans la vie de tous les jours et par plaisir.

Le PIRLS 2011 s’est intéressé à trois facettes de la compréhension de l’écrit chez les élèves :

  • les buts de la lecture (lire pour l’expérience littéraire et lire pour acquérir et utiliser des informations);
  • le processus de compréhension (se concentrer sur les informations énoncées de façon explicite et les extraire du texte; faire des inférences simples; interpréter et combiner des idées et des informations; et examiner et évaluer le contenu, le langage et les éléments textuels);
  • les comportements et les attitudes à l’égard de la compréhension de l’écrit.

Lors du test, les élèves ont été invités à répondre, au cours de deux séances de 40 minutes, à des questions à choix multiples et à des questions à réponse construite, puis à remplir un questionnaire de 30 minutes sur leurs habitudes personnelles de lecture. Les parents, les écoles et le personnel enseignant ont eux aussi été invités à remplir des questionnaires sur les expériences de lecture des jeunes enfants à la maison et à l’école.

Les points saillants relatifs aux résultats pancanadiens du PIRLS 2011 sont les suivants.

  • Seulement sept pays ont obtenu un rendement supérieur à celui des élèves du Canada : la Région administrative spéciale de Hong Kong, la Fédération de Russie, la Finlande, Singapour, l’Irlande du Nord, les États-Unis et le Danemark.
  • De façon générale, les élèves inscrits dans les systèmes scolaires de langue anglaise en situation linguistique majoritaire affichent un rendement supérieur à celui des élèves inscrits dans les systèmes scolaires de langue française en situation linguistique minoritaire.
  • Comme lors d’autres études à grande échelle, les filles ont affiché un meilleur rendement que les garçons en lecture.
  • Plus de jeunes du Canada que dans la plupart des autres pays ont atteint le niveau de rendement le plus élevé en lecture.
  • Les parents du Canada montrent un haut degré de participation aux activités liées à la littératie avec leurs enfants d’âge préscolaire.
  • Les élèves du Canada dont les parents aiment lire ont obtenu des scores plus élevés que ceux dont les parents n’aiment pas lire.
  • Les élèves du Canada sont parmi ceux qui aiment le plus lire parmi les pays participants. Les résultats ont également confirmé que l’enthousiasme des élèves pour la lecture a un effet positif sur leurs résultats en lecture.
  • Selon les résultats du PIRLS pour le Canada, le fait de lire des histoires et des romans tous les jours est lié à un rendement supérieur en lecture.
  • Généralement, le personnel enseignant du Canada consacre plus de temps aux activités de perfectionnement professionnel que celui de la plupart des autres pays.
  • Selon le personnel enseignant, beaucoup d’élèves de 4e année ne sont pas prêts à apprendre quand ils entrent à l’école; ils ne possèdent pas les connaissances et les compétences préalables, manquent de sommeil et ont des besoins nutritifs de base qui ne sont pas satisfaits.
  • Les directrices et directeurs au Canada croient que leurs écoles ont moins de problèmes de discipline et de sécurité que celles d’autres pays. Cependant, l’intimidation demeure une grave préoccupation pour les élèves de 4e année.
amateur sexs